CES GENS-LÀ

D'abord il y a l'aîné
Lui qui est comme un melon
Lui qui a un gros nez
Lui qui sait plus son nom
Monsieur tellement qui boit
Ou tellement qu'il a bu
Qui fait rien de ses dix doigts
Mais lui qui n'en peut plus
Lui qui est complètement cuit
Et qui se prend pour le roi
Qui se saoule toutes les nuits
Avec du mauvais vin
Mais qu'on retrouve matin
Dans l'église qui roupille
Raide comme une saillie
Blanc comme un cierge de Pâques
Et puis qui balbutie
Et qui a l'œil qui divague
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne pense pas Monsieur
On ne pense pas on prie

Et puis, il y a l'autre
Des carottes dans les cheveux
Qu'a jamais vu un peigne
Ou’est méchant comme une teigne
Même qu'il donnerait sa chemise
A des pauvres gens heureux
Qui a marié la Denise
Une fille de la ville
Enfin d'une autre ville
Et que c'est pas fini
Qui fait ses petites affaires
Avec son petit chapeau
Avec son petit manteau
Avec sa petite auto
Qu'aimerait bien avoir l'air
Mais qui n'a pas l'air du tout
Faut pas jouer les riches
Quand on n'a pas le sou
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne vit pas Monsieur
On ne vit pas on triche

Et puis, il y a les autres
La mère qui ne dit rien
Ou bien n'importe quoi
Et du soir au matin
Sous sa belle gueule d'apôtre
Et dans son cadre en bois
Il y a la moustache du père
Qui est mort d'une glissade

Et qui re
garde son troupeau
Bouffer la soupe froide
Et ça fait des grands flchss
Et ça fait des grands flchss
Et puis il y a la toute vieille
Qu'en finit pas de vibrer
Et qu'on attend qu'elle crève
Vu que c'est elle qu'a l'oseille
Et qu'on écoute même pas
Ce que ses pauvres mains racontent
Faut vous dire Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne cause pas Monsieur
On ne cause pas on compte

Et puis et puis
Et puis il y a Frida
Qui est belle comme un soleil
Et qui m'aime pareil
Que moi j'aime Frida
Même qu'on se dit souvent
Qu'on aura une maison
Avec des tas de fenêtres
Avec presque pas de murs
Et qu'on vivra dedans
Et qu'il fera bon y être
Et que si c'est pas sûr
C'est quand même peut-être
Parce que les autres veulent pas
Parce que les autres veulent pas
Les autres ils disent comme ça
Qu'elle est trop belle pour moi
Que je suis tout juste bon
A égorger les chats
J'ai jamais tué de chats
Ou alors y a longtemps

Ou bien j'ai oublié
Ou ils sentaient pas bon
Enfin ils ne veulent pas

Parfois quand on se voit
Semblant que c'est pas exprès
Avec ses yeux mouillants
Elle dit qu'elle partira
Elle dit qu'elle me suivra
Alors pour un instant
Pour un instant seulement
Alors moi je la crois Monsieur
Pour un instant
Pour un instant seulement
Parce que chez ces gens-là
Monsieur on ne s'en va pas
On ne s'en va pas Monsieur
On ne s'en va pas
Mais il est tard Monsieur
Il faut que je rentre chez moi.

 

Primero esta el mayor/ Él que es como un melón/ Él que tiene una gorda nariz/ Él que ya no sabe su nombre/ Señor tanto como bebe/ O tanto como ha bebido/ Que no hace nada con sus diez dedos/ Pero que ya no puede/ más/ Él que esta completamente condenado/ Y que se toma por el rey/ Que se emborracha todas las noches/ Con vino malo/ Pero que encontramos por la mañana/ En la iglesia durmiendo/ Tieso como una mojama/ Blanco como un cirio de pascua/ Y después que balbucea/ Y que tiene el ojo que divaga/ Hay que decirle señor/ Que entre esa gente/ No se piensa señor/ No se piensa, se reza.

Y después esta el otro/ Zanahorias en los pelos/ Que nunca ha visto un peine/ Que es malo como una tiña/ Aunque daría su camisa/ A una pobre gente feliz/ Que se ha casado con la Dense/ Una chica de la ciudad/ En fin de otra ciudad/ Y que eso no ha terminado/ Que hace sus pequeños negocios/ Con su pequeño gorro/ Con su pequeño abrigo/ Con su pequeño coche/ Que le gustaría aparentar/ Pero que no aparenta nada/ No hay que jugar a rico/ Cuando no se tiene un centavo/ Hay que decirle señor/ Que entre esa gente/ No se vive, señor/ No se vive, se hace trampa.

Y después, están los otros/ La madre que no dice nada/ O bien cualquier cosa/ Y de la noche a la mañana/ Bajo su bella jeta de apóstol/ Y en su marco de madera/ Hay el bigote del padre/ Que ha muerto de un resbalón/ Y que mira a su rebaño/ Comer la sopa fría/ Y eso hace grandes flchss/ Y eso hace grandes flchss/ Y después esta la mas vieja/ Que no para de vibrar/ Y que se espera que palme/ Visto que es ella quien tiene la pasta/ Y que ni se escucha siquiera/ Lo que sus pobres manos cuentan/ Hay que decirle señor/ Que entre esa gente/ No se charla señor/ No se charla, se cuenta.

Y después, y después/ Y después esta Frida/ Que es bella como un sol/ Y que me quiere igual/ Que yo quiero a Frida/ Incluso nos decimos a menudo/ Que tendremos una casa/ Con montones de ventanas/ Casi sin paredes/ Y que viviremos dentro/ Y que hará bueno estar allí/ Y que si no es seguro/ Es sin embargo quizás/ Porque los otros no quieren/ Porque los otros no quieren/ Los otros dicen así/ Que es demasiado bonita para mí/ Que sólamente valgo/ Para degollar gatos/ Nunca he matado gatos/ O hace mucho tiempo de eso/ O bien he olvidado/ O no olían bien.

A veces cuando nos vemos/ Fingiendo que no es a propósito/ Con sus ojos mojados/ Ella dice que se irá/ Ella dice que me seguirá/ Entonces por un instante/ Por un instante sólamente/ Entonces yo la creo señor/ Por un instante/ Por un instante sólamente/ Porque entre esa gente/ Señor uno no se va/ Uno no se va señor/ Uno no se va/ Pero ya es tarde señor/ Tengo que volver a mi casa..

Traducción: Consuelo Lago Collado


 
 
VOLVER